30 août 2014

La Vérité, rien que la vérité...

Besofood - Les bonnes adresses Paris, Londres, Venise

Vin sur vin. Belle adresse.

Louis Vins
9, rue de la Montagne Sainte-Geneviève
75005 Paris
Tel : 01 43 29 12 12
http://www.fifi.fr
Métro : Maubert Mutualité
Formule à 27€ entrée + plat + dessert
24€ entrée ou dessert + plat
CB pas acceptée

Je suis folle d'Arold.
Arold, c'est le Chef, rondouillet, souriant et marié.
3.jpg
sO, elle, en pince pour Philippe, père d'Arold et Chef en chef.
J'aime la carte des vins, audacieuse et large. La cave apparente, que l'on peut visiter. Le cadre « années 30 », un peu guindé.

1.jpg

J'apprécie surtout la qualité de cette brasserie qui valorise le terroir.

2.jpg
J'ai le coup de foudre pour le pressé de Joue de boeuf au foie gras, pour débuter. Ma tablée, elle, innove : oeuf mollet au foie gras, coeur de veau grillé aux girolles, terrine de boudin maison grillée ou tête de veau à l'ancienne...

4.jpg
En plat, sO me conseille le parmentier de lapin à la crème de foie gras :
6.jpg
non je ne le goûterais pas, Dieu m'en préserve... Ce pauvre animal... Et Rafe dévore, carnassière, l'onglet de boeuf sauce camembert.
5.jpg

En dessert, je déguste le pain perdu maison, tandis que Tonatiuh fond dans la terrine de chocolat, crème anglaise.

7.jpg

Bref, j'ai bien mangé et j'ai bien bu, j'ai la peau du ventre bien tendue... Et sur qui j'tombe, Chtomb ? Deux rois du pétrôle fort étonnants, à la table voisine. Jean-Pierre et Thomas. Jean-Pierre, l'homme mysterious. Thomas, l'esclave imbuvable. Bon d'accord, Nénette, un dernier verre. Un Crozes Hermitage, les Hauts du Fief 2003.
Pas mal !

Ho chi minh town. Cantine sympa.

Cantine vietnamienne
80, rue Monge
75005 Paris
Métro : Place Monge
Tel : 01 45 35 32 54
Ouvert le midi de 12h à 14h et le soir de 19h à 22h30 sauf le dimanche
De 6 à 12€
Menu Foyer : 8.20€; Menu Dégustation : 12.20€
Menu Light Vapeur : 12.50€; Menu Enfant : 4€ (2 plats au choix)

C'est "La" cantine vietnamienne du 5ème arrondissement de Paris.
1.jpg
Portrait d'Ho Chi Minh. Patron : sosie d'oncle Ho, la bosse en plus.
2.jpg
Tables en formica. Service rude. Atmosphère cheap. Cafards parfois noyés dans la soupe (vieille experience pour le pauvre Tonio...! plus à l'ordre du jour)... Toujours plein à craquer, cet ancien repère communiste a l'allure d'un tripot de Hanoï. Même le goût.
Attention, palais aiguisés... Ici les plats sont à sélectionner avec intelligence.
Parmi les meilleurs mets : le Pho, soupe vietnamienne aux nouilles et au boeuf saupoudrés de coriandre. Ce que préfère sO, grande maîtresse viet devant l'Eternel : le petit bol de pousses de soja, citrons et piments frais en accompagnement.
3.jpg
Le Bo Bun, aux nems et au boeuf, très copieux et très frais.
5.jpg
Les Banh cuon, raviolis vapeur au porc mijoté, chapeautés de pâté vietnamien ("comme là-bas" selon sO...)
4.jpg
Le porc au caramel et son oeuf confit ("alors là carrément comme là-bas" toujours selon sO...!)
9.jpg
Les nems.
Idéal pour les édentés : les champignons farcis aux crevettes et aux cheveux d'ange translucides, courgettes et carottes croquantes.
7.jpg
Et pour les plus friands de cuisine light, le poulet au tofu
6.jpg
Et en dessert : le che, gloubiboulga de tapioca avec ou sans la banane. Avec une Saigon beer, c'est parfait.
Surprise : hier, en qualité d'amatrice de "spices", je me suis essayée au poulet pimenté. J'avoue que j'ai presque défailli, lorsque mon bol est arrivé (sO : il faut savoir que le kiki est très(trop?)sensible au visu..!) Le poulet ressemble à s'y méprendre à celui que l'on trouve en Inde ou au Vietnam. Le liant est goûtu mais il faut pouvoir braver l'esthétique trash de ce plat made in Vietnam.
sO : "exactement comme là-bas... hihihi..."
kiki : "sale viet!"
8.jpg

J’peux passer siou plait ? Super planque.

Invitez-vous chez nous
7, Rue de l’Epée de Bois
75005 Paris
Tel : 01 43 37 05 58
Pas de formule
Entrée entre 4 et 9€
Plat entre 11 et 14€
Dessert entre 4 et 6€
A quelques mètres de la Mouff (l’enfer culinaire personnifié)...
Ouvert le soir du mardi au samedi

1.jpg

Il faut le dénicher celui-là...
Devanture rouge carmin, enseigne à peine lisible... ce bistrot se terre dans la très déserte rue de l’Epée de bois. Pourtant, une gastronome peu recommandable (nom de code : sO) a souhaité y trainer ses guêtres. Tout simplement parce qu’elle a décidé de vivre, boire et mourir dans le Ve arrondissement de Paris. De fait, il faut bien qu’elle se batte pour la résurrection de la saveur de son quartier has been.
Et si le Ve me pompe, j’avoue que l’invite de Julie et Aurélien, les jeunes patrons de ce resto, ne se refuse pas. Pourquoi ? Ah ah... Parce que c’est bon, c’est frais. Comme à la maison.
Tous les produits sentent bon le marché du matin, les plats se succèdent et ne se ressemblent pas.
Au menu, quelques entrées, toujours différentes : brick de chèvre en salade, antipasti à la grecque, terrine maison excellente...

2.jpg

Toujours deux ou trois plats bardés de légumes : poulet fermier aux champignons assorti de riz et de courgettes vapeur, ragoût d’agneau aux abricots secs, jarrotin et pommes de terre confites, andouillette pommes rôties...

3.jpg

Parfois, poisson à la plancha comme la morue et ses légumes rôtis.

8.jpg

Sans compter leurs goûteuses planches de fromage et de charcuterie, agrémentées de quartiers de pommes fruit, graines de sésame, ciboulette fraîche...
Leurs desserts sont crémeux (le brownie était à tomber). A noter, fondamental pour moi : le vin a une place de choix, toujours bio et carafé.

4.jpg

L’atmosphère ? Plutôt chaleureuse. Julie se précipite dans sa minuscule cuisine. Tandis qu’Aurélien, vous raconte la carte.

5.jpg

Bref, les tenanciers sont sympas. Presqu'un peu "trop fresh". Aurélien est poli, poli, policé. Je me demande s'il ne concourt pas pour placer "merci à toi" à chaque battement de cil. Et puis, j’ai le souvenir d’un moment mémorable durant les dernières élections. Au bar : Rudy, un sarkozyste. Dans la salle, des socialistes... Dont nous. Arène politique à coups de pommeau. En guise de chef d’orchestre, Aurélien me confiant : "Oh là là... Vivement la fin des élections... Ca fait beaucoup trop de bruit". Et derrière le bar : Julie, les yeux au ciel, priant pour que le resto ne devienne une tribune politique.

6.jpg